Le théâtre pour briser la glace

Atout linge propose dans son parcours d’insertion des activités extra-professionnelles qui ont pour objectif de travailler sur l’ouverture d’esprit, la cohésion d’équipe et la confiance en soi. Fin 2021, l’association a pu proposer 8 séances de théâtre, animées par Frédérique Millet-Grolleau d’ArMulEte. 8 salariés du site de la Châtaigneraie et de Pissotte ont pu bénéficier de cette activité. Elle leur aura permis de se rencontrer, d’apprendre à se connaître et de découvrir une nouvelle activité culturelle ensemble. À l’issue de ces séances, le groupe a pu se représenter devant le président, la directrice de l’association ainsi que des membres de l’équipe encadrante et salariée.

C’est l’une des premières séances du groupe, avec un exercice en mouvement pour remplir l’espace, se coordonner, mimer, expérimenter et s’écouter.

Un parcours théâtral abstrait, sensible et collégial

L’animatrice, Frédérique, a pu accompagner le groupe sur un parcours en plusieurs étapes. Tout d’abord, Wilména et Angélique (deux salariées de Pissotte) expliquent que les premières séances étaient focalisées sur des échauffements corporels de respiration, vocaux, des mimes ou encore de confiance. Ensuite, les séances ont commencé à aller vers des exercices d’abstraction ou les salariés se parlaient en « fruits ». Il fallait donc deviner le sujet, ce qui permet de laisser libre cours à l’imaginaire. Enfin, Il fallait préparer la représentation. Kelly (salariée de la Châtaigneraie) explique le processus : au départ, c’était des écritures personnelles sur la thématique de la famille, du mensonge, de l’amour, du travail… « Ça pouvait être des parties inventées, moi, j’ai pris des paroles d’une chanson qui me parle ! » L’idée ensuite, c’était de regrouper l’ensemble des textes et de trouver une cohérence à tout cela.

« On ne se sentait pas capable de ça ! »

Lorsque la coordinatrice pédagogique, Séverine Marsais, a retrouvé l’équipe pour faire le bilan, elle a pu observer de nettes progressions ou transformations positives chez les uns et les autres. « Au départ, on était tout timide, on ne se mélangeait pas. Anna (une salariée de Pissotte) avoue même qu’elle pensait que c’était plus un jeu d’enfant, mais que finalement, non ! [le groupe reprend] Puis, on a pris confiance au fur et à mesure. C’est grâce à la bienveillance de Frédérique qu’on a pu avancer ! »

Les salariés ont senti qu’ils avaient de la place pour s’exprimer, et Frédérique les accompagnait pour valoriser les propositions qui étaient faites, l’échange était constructif. Pour l’animatrice, ce fût « un beau parcours collaboratif dont chacun·e peut être fier·e ! Je remercie le groupe pour son engagement, son investissement et leur générosité. »